Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

mercredi 26 juin 2013

Cette pensée dans ma tête...

Cette petite voix…

« J’ai trop mangé »
« J’ai pris du poids »
« Je suis grosse »
« Je ne m’en sortirai jamais »
« Je mérite ma souffrance »


Cette petite voix s’appelle « pensée automatique négative ». C’est une forme de pensée qui apparaît tout bonnement, et qui entraîne toujours une émotion désagréable, le plus souvent, un sentiment de culpabilité.



Des pensées automatiques, nous en avons tous. « Je dois me lever », « je dois aller travailler », etc. Elles sont normales et saines. Cependant, quand elles entraînent une émotion négative, on parle alors de pensée automatique négative. Elles sont le résultat d’une interprétation des expériences de vie et sont basées sur des erreurs de raisonnement nommées distorsions cognitives. Nous avons tous des distorsions cognitives, et plus particulièrement, les personnes atteintes d’un trouble alimentaire.


Mais qu’est-ce qu’une distorsion ? À cette question, je réponds en utilisant le geste de mes mains qui se tordent : c’est une réalité que notre pensée a déformée. C’est une réalité que l’on voit croche, floue… Alors oui, il y a un fond de vérité, mais l’interprétation qu’on en fait est fausse – de là, la distorsion. Ces distorsions sont souvent inconscientes et beaucoup moins accessibles que les pensées automatiques qui me permettent de me souvenir que je dois acheter du lait après le travail…

Il est important de comprendre aussi que ces pensées sont perçues comme étant la réalité chez les personnes aux prises avec un trouble alimentaire. Changer le mode de pensée devient, donc beaucoup plus difficile que de seulement « arrêter de penser à ça »… Il s’agit plutôt de restructurer sa pensée, en d’autres termes, de réapprendre à penser correctement, de ne plus interpréter les événements de la vie mais plutôt d’apprendre à les vivre pour ce qu’ils sont, de façon objective et réaliste.

Pour ce faire, il faut apprendre à :
1) reconnaître nos pensées
2) les remettre en question

ce qui modifiera les émotions qui y sont généralement liées. C’est ce qu’on appelle une restructuration cognitive. La restructuration cognitive a également pour avantage de modifier les comportements inadéquats qui répondent habituellement aux émotions négatives.

En attendant un prochain billet où sera abordé cette restructuration, voici un tableau qui vous aidera à mieux comprendre certaines distorsions cognitives et pensées automatiques négatives qui y sont liées :

Distorsions cognitives
Explication
Pensée automatique négative
Le tout-ou-rien
Aucune nuance, deux catégories.
« J’ai mangé du gâteau ce matin. Ma journée est complètement gâchée ! Aussi bien continuer et aller me faire vomir »
La généralisation à outrance
Un seul événement malheureux entraîne une conséquence négative.
« Si je prends du poids actuellement et que je mange presque normalement, je vais prendre du poids sans arrêt et devenir obèse »
La dramatisation et la minimisation
Dramatisation : tendance à prendre un événement désagréable, mais banal, et en faire quelque chose de cauchemardesque.
Minimisation : tendance à diminuer l’importance de ses points forts en les voyant petits.
Ces deux types de pensée amènent à se sentir inférieur aux autres.
« Toutes les filles de ma classe sont minces. Je ne leur arrive pas à la cheville »
Les “dois” et les “devrais”
Sentiment de culpabilité ou de punition. Sentiment d’obligation à faire quelque chose.
« Avant de déjeuner, je dois absolument me laver, me coiffer, me brosser les dents et faire mon lit »
« Je n’aurais pas dû faire ça »
La personnalisation
Se penser responsable d’un événement fâcheux.
« Mon père était de mauvaise humeur en lisant le journal ce matin ; j’ai sûrement fait quelque chose qui l’a mis en colère »

Vous reconnaissez-vous? Vous est-il déjà arrivé d’avoir ce type de pensées? J’aimerais vous entendre sur le sujet.

Sources :
- Burns, D. (2005). Être bien dans sa peau, Héritage.
- Pomerleau, G. (2002). Anorexie et boulimie, comprendre pour agir, Gaëtan Morin Éditeur.

(Billet publié sur le blogue d'ANEB)
copyright photo d'André Kertesz

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire