Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

lundi 3 février 2014

Avons-nous encore besoin, en 2014, de parler de troubles alimentaires ?

Par Marie-Michèle Ricard, M.Sc., Ps.Éd.
Billet officiel publié sur le blogue d'ANEB Québec

Cette année, j’ai le privilège d’écrire le premier billet afin de lancer la Semaine nationale de sensibilisation aux troubles alimentaires, qui se déroule du 2 au 8 février 2014 (#semTA2014).


Sensibiliser la population aux troubles alimentaires ?
Avons-nous encore besoin, en 2014, d’en parler ?

J’aurai aimé pouvoir répondre non. J’aurais aimé pouvoir écrire que les troubles alimentaires sont connus de la population, qu’on ne véhicule plus de mythes, que des programmes de sensibilisation et de promotion d’une image corporelle saine sont implantés dorénavant dans toutes les écoles de la région.


Malheureusement, ce n’est pas le cas. Notre réalité ? En 2014, les troubles alimentaires sont présents chez les femmes, mais aussi chez les hommes. Ils sont présents chez les adultes, les adolescents et même les enfants. L’idéal de minceur véhiculé par les médias et l’industrie de la mode est encore problématique. Certaines écoles proposent même des objectifs de perte de poids et d’augmentation de la masse musculaire sans égard à l’historique de la personne. D’autres pèsent les jeunes pour vérifier leur IMC. Les méthodes afin de contrôler son poids sont largement médiatisées, idéalisées, et surutilisées. L’insatisfaction corporelle devient une norme de société… Il devient normal et acceptable de ne pas aimer son corps.

Avons-nous encore besoin, en 2014, de sensibiliser la population aux troubles alimentaires ?
 Oui, plus que jamais.

Cette année, la Semaine nationale de sensibilisation aux troubles alimentaires prend une ampleur très importante à travers tout le Québec. ANEB Québec s’associe à la Maison l’Éclaircie pour donner une vitrine flamboyante sur les services offerts. Plusieurs organismes privés et publics s’unissent, dans le cadre de la semaine,  afin d’offrir des services plus accessibles à la population et ce, dans plusieurs régions du Québec. Nous encourageons un effort collectif afin de faire de cette semaine une occasion de démystifier les troubles alimentaires, d’informer la population sur la réalité de ces troubles, de faire tomber les tabous les entourant et enfin, arriver à une collectivité qui croit, véhicule et promeut une image corporelle saine et diversifiée.

Idéaliste comme mentalité ?
Peut-être.
J’aime penser que c’est ce qui fera avancer les choses.

Vous souhaitez prendre part à la Semaine? Télécharger la couverture Facebook ainsi que la bannière pour votre signature courriel.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire