Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

dimanche 2 février 2014

Comportements sains ou troubles alimentaires ?

Par Marie-Michèle Ricard, M.Sc., Ps.Éd.

Dans une société où on prône les saines habitudes de vie, l’alimentation équilibrée, les bienfaits de l’exercice physique et le poids santé, mais aussi dans une société où l’idéal de minceur véhiculé par les médias est irréaliste et où l’industrie de l’amaigrissement est omniprésente, il est difficile déceler les comportements sains de ceux inadéquats.

Comment prendre soin de son corps sainement ?
Ai-je le droit de vouloir perdre du poids ?
Est-ce sain de contrôler son poids ?
Puis-je surveiller mon alimentation ?
Dois-je absolument faire de l’exercice à tous les jours ?
Où se trace la frontière entre un comportement sain et problématique ?


Tout d’abord, afin de répondre à la question de base, il importe de situer les comportements un continuum. Rien n’est blanc ou noir. La question des troubles alimentaires n’y  échappe pas non plus. Il faut nuancer les comportements afin de comprendre jusqu’à quel point ils approchent d’un trouble alimentaire.

Ensuite, les deux thèmes principaux regroupent la satisfaction corporelle et la relation avec la nourriture. Selon le degré d’insatisfaction corporelle et le degré de restriction alimentaire, les comportements sont alors des facteurs de risque qui augmentent la probabilité de déclencher chez la personne un trouble alimentaire. L’insatisfaction corporelle est un des facteurs les plus importants à prendre en compte lorsque l’on parle de troubles alimentaires car elle conduit à la mise en place de comportements visant le contrôle du poids ou la perte de poids, principalement les comportements de diète.




Que faire ?

Orienter nos actions afin d’augmenter la satisfaction de notre image corporelle et développer des outils d’alimentation intuitive. Voici quelques outils décrits dans un billet précédent :

Bouger pour le plaisir ! Que ce soit en prenant une marche entre amis, avec son chien, en jardinant, en prenant des cours de yoga, d’aquaforme ou en pratiquant n’importe quelle autre activité, en autant qu’elle apporte du plaisir.

Prendre soin de son corps en apprivoisant ses sensations physiques de différentes façons : prendre un bain, se faire masser, faire une sieste. Lorsqu’on se sent bien physiquement, il est plus facile d’aimer son corps et d’en profiter.

Développer son esprit critique à l’égard des images de corps parfaits véhiculées dans les médias (Derrière le miroir, on s’la joue).

S’informer des risques reliés au contrôle de son poids (ASPQ et ÉquiLibre).

Développer le plaisir de cuisiner et de manger en famille et entre amis. Découvrir des nouvelles saveurs, odeurs et textures.

Découvrir l’alimentation intuitive (MuUla)

Porter des vêtements qui nous représentent et dans lesquels on se sent bien. Faire un don avec les vêtements trop petits ou trop grands contenus dans notre garde-robe.

Se concentrer sur nos qualités, les parties de notre corps que l’on aime et sur ce qu’il nous permet de faire plutôt que sur nos défauts et les parties que l’on aime moins.

Promouvoir le respect des divers formats corporels et s’impliquer en signant la Charte québécoise pour une image corporelle saine et diversifiée.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire