Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

samedi 23 janvier 2016

L’anxiété: problème ou simple émotion?

par Tanya Guitard, psychologue et co-propriétaire chez IMAVI

À la mention du mot “anxiété”, la majorité des gens pense tout de suite à un état négatif, voir anormal que l’on tente à tout prix d’éviter. Toutefois, en réalité, l’anxiété est une émotion, au même titre que la joie, la tristesse ou la peur. Plus encore, l’anxiété est non seulement une émotion tout à fait normale mais également nécessaire!

Imaginez-vous, lors d’une promenade en forêt, arriver face à face à un ours. La réaction attendue dans cette situation serait de tenter de fuir (ou de “faire le mort”, selon les préférences!). C’est l’anxiété qui est responsable de cette décision, prise très rapidement par votre cerveau qui déclenche une réaction d’alarme nécessaire à la survie. Sans anxiété, vous pourriez être tenté de vous approcher de l’ours pour le flatter...probablement pas la meilleure décision! Cet exemple coloré vise en fait à illustrer le rôle et l’importance de l’anxiété dans nos vies.

Alors… quand l’anxiété devient-elle problématique?


La réponse simple à cette question est lorsqu’elle devient exagérée, excessive ou non justifiée. Par exemple, lorsque nous reprenons l’exemple de l’ours.  Si une personne vit de l’anxiété de peur de croiser un ours alors qu’elle se trouve dans sa cour clôturée, en pleine ville, nous pourrions alors considérer sa réaction d’anxiété comme étant exagérée. Car les probabilités d’arriver face à face à un ours dans de telles circonstances sont très faibles! Même chose si cette personne évite de regarder des émissions  telles que Les Calinours, Petit ours brun, ou même des documentaires de la BBC sur les ours, selon vos préférences. Cette réaction serait alors excessive.

Quand l’ours prend une autre forme

L’exemple illustré ici parle d’un ours mais cet ours pourrait aussi bien être remplacé un insecte, un endroit restreint, par le fait de parler en public, de prendre l’avion, d’être loin de chez soi, de se retrouver dans une situation inconnue, etc. C’est donc dire que plusieurs types de stimuli, d’endroits ou de situations peuvent déclencher une réaction excessive ou “anormale” d’anxiété. Mais alors, comment tracer la ligne, comment départager une réaction “normale” d’une réaction excessive? Le critère fréquemment utilisé par les professionnels pour répondre à cette question est l’impact sur le fonctionnement de la personne. Par exemple, si une personne vit une réaction d’anxiété importante lorsqu’elle doit faire une présentation devant ses collègues au travail, a-t-elle un trouble d’anxiété ou une simple réaction d’anxiété normale? Dans ce cas, le critère d’impact sur le fonctionnement devrait nous amener à nous questionner sur les comportements de cette personne. Évite-t-elle le travail en raison de ces présentations? Souffre-t-elle d’insomnie plusieurs nuits avant sa présentation? Refuse-t-elle des promotions qui lui demanderaient de parler en public plus fréquemment? Devient-elle irritable avec les membres de sa famille dans les jours précédents la présentation? Si la réponse à des questions semblables est oui, nous pourrions alors penser qu’il s’agit possiblement d’une réaction d’anxiété excessive puisqu’elle a un impact sur le fonctionnement de la personne, soit au travail, dans sa vie personnelle ou sur sa santé.

Mais attention, il ne faut pas non plus sauter aux conclusions trop rapidement! Chacun vivra certains moments plus difficiles au cours de sa vie et sera susceptible de vivre de l’anxiété excessive. Toutefois, c’est la présence répétée et/ou prolongée de telles réactions qui devrait soulever le questionnement et, dans certains cas, mener à la consultation d’un professionnel apte à évaluer les symptômes et mieux guider vers les ressources appropriées.

IMAVI offre des services d’évaluation et de psychothérapie pour les troubles d’anxiété. Pour toutes questions ou demandes d’informations, n’hésitez pas à nous contacter! Surveillez également nos prochains billets portant sur les différents troubles anxieux.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire